Jocelyn CHOLLET – ULTEAM RACING – Promosport

10 mai, 2010

2010 – LEDENON

Classé sous a 2010 -2- Ledenon — ulteamracing @ 7:41

course du matin
http://www.dailymotion.com/video/xd8fcc

course de l’après-midi
http://www.dailymotion.com/video/xd8j8r

 

Mercredi midi, départ pour le sud.

Nous arrivons tranquillement le soir même, installation et salut des copains déjà présents.

Jeudi  et vendredi seront de la redécouverte de ce circuit. Voici environ 2ans que je n’ai pas roulé à Ledenon. J’ai beaucoup de mal à retrouver mes marques et ce n’est qu’à la dernière séance que je me rapproche (à 3secondes….) de mes anciens temps. Des voitures ont roulées avant et ont laisser plein de gomme sur l’intérieur des virages. Nous sommes plusieurs à en perdre nos sliders tellement c’est collant. Obligation, donc de modifier légèrement les trajectoires.

Vendredi soir, avec Béa et Fred nous faisons le tour du circuit à pied. Je peux ainsi leur faire mieux comprendre sa difficulté et son côté impressionnant. L’objectif est atteint ; Béa et Fred confirmeront que ce circuit est très impressionnant et comprennent mieux ce que j’essai d’exprimer après un roulage.

Ce WE le programme sera samedi les essais qualificatifs et le dimanche deux courses. Donc obligation de réussir à prendre sur soi et faire de bons essais qualif.

 

Samedi matin, me voici au pied du mur (vu le tracé c’est plus qu’une image…)

C’est sec et je me lance pour faire de mon mieux. J’ai plus la sensation d’être encore en essai libre qu’en qualification.

Je parviens à grappiller un chouillième de seconde sur mon temps de la veille. Cela me place en 32ème position, soit 8ème ligne de la grille. Bref au fond. Tant pis je devrais me battre plus pour aller devant en course.

 

Après une nuit de pluie, nous nous mettons en place sur la piste détrempée. Un copain, ancien de la catégorie, me conseille de profiter des tours de chauffe pour tester le grip de la piste. Ce que je fais et je me retrouve avec la machine en travers. Conclusion : il n’y a pas de grip ! (à mon goût)

Pour le départ, je le loupe, d’autant plus facilement que je fais patiner plus qu’à l’habitude l’embrayage pour éviter la gamelle dès les premiers mètres. Au premier virage, je pense être dernier, mais j’apprendrais pas la suite que 2 autres ont réussi à faire un départ encore moins bon que moi. Je suis surpris de ne voir personne à terre dans ce 1er virage vu l’adhérence. En fait, si, il y a quelqu’un qui est encore en train de glisser alors que j’arrive dessus à la sortie du virage. Le festival commence ! Je tente tout de même les freins à un concurrent pour ne pas laisser les autres prendre le large. Cà ne passe pas. Je recommence à celui d’après et là c’est bon. Le virage suivant dans la descente en aveugle un autre est à terre, coincé sous sa moto. Heureusement que ceux de devant ont levé la main pour le signaler ; car il n’est vraiment pas visible. De suite après, à l’entrée du virage du gauche aveugle, nous voyons le feu rouge indiquant l’arrêt de la course. Les concurrents de devant lèvent la main, tous le monde ralenti ; et le virage suivant… rien. Devant tous semblent ne pas trop savoir quoi faire, moi non plus. Ce ne sera qu’une fois en bas de la descente avant la rentrée des stands que je me décide à reprendre la course. Les autres l’ont fait un peu avant moi et donc rajoute de la distance. Déjà que je suis crispé comme jamais je ne l’ai été sur du mouillé… Je tente tout de même de gratter de la distance sur mes concurrents dans le virage du camion qui est un virage rapide en descente, et si je ne touche pas aux freins, je ne doits pas risquer la chute.

Pour le moment j’arrive à garder un lointain visuel avec ceux de devant. Donc rien n’est perdu.

Quelques tours plus tard je perds l’avant dans le gauche aveugle avant le fer à cheval. Dans ma tête, vu la glisse, je suis part terre, j’ai le pied en avant près a rattraper l’équipage… Je ne sais pas comment mais la machine raccroche. Je tente de faire comme si il ne s’était rien passé mais dans ma tête maintenant, l’objectif est de finir la course sur mes roues. Par conséquent je vois un concurrent me passer en bout de ligne droite, un autre suit de peu. Ma fierté me dit que je dois tout de même tenter de les suivre. Pour cela je profite des zones séchantes pour retarder mes freinages. Mais très vite je me retrouve à faire une glisse des deux roues qui m’éjecte vers le vibreur extérieur. Rester debout est vraiment mon seul but maintenant. Je suis tellement dégoûté de ne pas réussir à rouler avec tous le monde que j’en ai envie d’arrêter. Mais par respect pour tous ceux qui me soutienne et puis pour peut être avoir le déclic avant la fin de course pour rouler mieux ; j’irai jusqu’au bout. Je suis tellement lent que j’ai le temps de voir qui a pu tomber et même faire coucou à Patrice qui s’est mis dans les graviers.

Pour la peine un autre concurrent me double et j’apperçois la tête de course qui va me revenir dessus. Ce qui est fait un tour plus tard. Aucun drapeau bleu ne m’est présenté. J’ai beau regarder, je ne vois pas comment ils font pour ne pas tomber. Une leçon pour moi mais j’ai tout de même l’impression de gêner.

Environ deux tours plus tard une chute en tête entraîne un drapeau rouge et l’arrêt de la course.

Pari réussi, je fini sur mes 2 roues en 32ème position à la faveur des divers chutes.

La conclusion pour moi est de réapprendre à rouler sur le mouillé et de me détendre car la journée n’est pas finie…

 

 

C’est avec un peu plus d’appréhension donc que je vais au départ de l’après midi. Et puis de la famille est présente, je dois donc faire de mon mieux pour que çà leur fasse plaisir.

Il fait beau et la piste est sèche, ce sera donc mieux que le matin.

Mon départ est timide mais pas catastrophique (étonnant, non ?) ; je me reste sur l’intérieur du virage ce qui n’est pas le plus judicieux.

Bon je limite la catastrophe et vois certains camarades de jeux (David #53 entre autre) prendre déjà le large dans un wagon qui m’aurait bien convenu. Du coup je vais m’arranger pour les rattraper sans me faire trop ralentir par ceux qui seraient plus lents. Je me sens plus à l’aise que ce matin sur le mouillé. Cela ne m’empêche pas de sortir un peu large dans le droite du camion, mais c’est moins stressant sur le sec. Dès la ligne droite des stands je tente de passer à l’aspiration mais n’étant toujours pas complètement à l’aise sur ce circuit, je coupe trop tôt à l’entrée du virage suivant et donc çà ne passe pas pour moi. Je le passe aux freins de suite après. Cà me permet de revenir sur le suivant que je tente à la ré accélération mais trop court. Il reprend un peu de champ mais j’ai pas l’intention de le lâcher comme çà. Je me le fais à l’aspiration dans la ligne droite des stands et cette fois-ci je ne coupe pas à l’entrée du virage pour conserver ma place. Cà ne suffit pas, je suis toujours trop lent dans cette courbe. Je lui reprend la place au freinage deux virages plus loin et ne la lui rendrai plu. J’ai maintenant en point de mire un autre concurrent ; il faut que je cravache pour le rejoindre. Je vais mettre 2 tours pour le recoller. Je me prépare dans la descente pour pouvoir lui faire une belle aspiration dans la ligne droite. Cà passe pour moi et ne repasse pas pour lui.

Un concurrent essai de me passer dans la descente (peut être lui), j’appercois sa roue mais je ne cède rien. Je n’ai pas vu qui c’était. Je lui ai peut être fait une frayeur du coup car j’étais déjà collé au vibreur donc il a du morde au-delà. Désolé.

Fred me panneaute que l’écart se creuse avec ceux de derrière et pourtant j’ai l’impression d’entendre un autre moteur en plus du mien. J’entends donc des « voix »… Je m’applique malgré tout sur mes trajectoires et ma vitesse pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

Je ne parviens pas à rattraper ceux de devant et à un tour de la fin le futur vainqueur de la course me passe dans la cuvette avant la ligne droite et l’arrivée.

 

Je termine en 28ème place avec un chrono de 1’43’’625 dans mon avant dernier tour.

Ce WE j’ai eu la confirmation que je manque de roulage. Il va me falloir y remédier sous peu.

 

Merci à mes partenaires.

à DD

 

PHOTOS  :

dsc9001.jpg dsc9010.jpg dsc9014.jpg dsc9016.jpg dsc9018.jpg dsc9041.jpg dsc9049.jpg dsc9050.jpg dsc9053.jpg dsc9100.jpg dsc9164.jpg dsc9166.jpg dsc9168.jpg dsc9181.jpg dsc9186.jpg dsc9193.jpg dsc9197.jpg dsc9204.jpg dsc9208.jpg dsc9211.jpg dsc9212.jpg dsc9339.jpg dsc9343.jpg dsc9383.jpg dsc9400.jpg 

Une Réponse à “2010 – LEDENON”

  1. WaLLy dit :

    Coucou le Joce !!!
    Enfin du CR !!!
    Bon prépare-toi ….
    A bientôt !

Laisser un commentaire

popoldit51lepastice |
MOTOGONES |
MCP-FAUVES-1975 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BORN TO BE BIKER HARLEY-DAV...
| CB500T
| VITAL CONCEPT Racing