Jocelyn CHOLLET – ULTEAM RACING – Promosport

23 juillet, 2010

Promosport 2010 – 500 CUP – Pau

Classé sous a 2010 -3- Pau — ulteamracing @ 14:20

course du matin
http://www.dailymotion.com/video/xe36yn

course de l’après-midi
http://www.dailymotion.com/video/xe4d8b

 

Me revoici parti sur les routes de France pour écumer les circuits. Cette fois-ci ce sera le sud ouest avec le très agréable circuit de Pau-Arnos. Très pris professionnellement, je n’ai pas eu le temps de m’entraîner, mais une bonne coupure est parfois tout aussi profitable. Avec mon mécano-popotier-coach… Fred nous prenons la route mercredi midi et arrivons tranquillement en fin de journée pour un beau couché de soleil.

Le WE s’annonce beau et chaud, et effectivement il sera TRES chaud. Jeudi, je profite de la fraîcheur relative du matin pour faire 2 séances de roulages et redécouvrir le circuit. Le 1er chrono sont corrects à mon goût car je frôle les temps que j’avais fait en course y a 2ans ici même. Ces roulages confirment que c’est un circuit très beau et que j’apprécie particulièrement. L’après-midi, je ne roulerai pas car le temps est beaucoup trop chaud pour faire quelque chose de correct : 38°c sans vent. C’est étouffant et je ne veux pas risquer une gamelle ou un malaise bêtement en allant absolument rouler. Dans la nuit une petite tempête se lève, ce qui nous oblige à nous lever et ré arrimer le campement. Cà rappelle la course de Ledenon de 2008…

Ce vent nous aura malgré tout rafraîchi un peu le temps et je referai 2 séances de roulage le vendredi pour continuer mes repérages et divers essais de freinages et trajectoires. La journée se déroule tranquillement et sans accro. La gentillesse du personnel du contrôle technique me permettra même de gagner du temps et ainsi encore en gagner avec le changement des pneus au camion. La soirée sera donc au repos suite à la nuit précédente plutôt mouvementée.

Le samedi ne sera consacré que pour les essais qualificatifs. Journée donc cool surtout que les essais ont lieu en fin de matinée. Les hommes de tête du championnat roulent très très vite. Pour ma part je suis content avec mon 1’34’’214 qui est une amélioration personnelle de mes temps de course de 2008. Cela me classe 24ème mais avec le passage au sonomètre, je gagne une place au profit d’un concurrent qui dépassait la réglementation. Le départ de demain se fera donc en 23ème position. L’après-midi se passera entre repos, préparation du lendemain et le bord de piste à regarder les copains des autres catégories rouler.

Dimanche matin, c’est là que çà commence… bien évidement la pression monte, mais mon seul objectif est de travailler trajectoires et position mais surtout de m’amuser.

J’y suis. La 1ère finale commence. Mis en place sur la grille ; tour de reconnaissance, tour de chauffe. Vert ! Je ne foire pas trop mon départ (progresserais-je ?…) et surtout fait remarquable : je n’ai pas perdu de place !!! Le départ est propre pas de bousculade ; un vrai régale. Devant je vois Patrice (#60, mon colloc de barnum et de frigo) ; David (#53) et Vincent (#7). Je n’ai pas l’intention de les laisser prendre le large sans moi car j’ai envie de jouer. Par ailleurs je les connais et je sais qu’ils sont corrects et propre dans leurs pilotages. Je commence par faire les freins au virage du « laguna seca » (référence au circuit américain du même nom dont le dessin d’un virage lui ressemble) à Vincent. Cà passe, il freine « trop » tôt. Je sais qu’il est un sérieux client et donc qu’il va falloir que je fasse attention à ce qu’il ne me repasse pas un peu plus loin.

Je sors très bien de cette courbe et de la suivante ce qui me permet de revenir à l’aspiration dans le dosseret de David ; mais un poil trop tard car c’est la chicane du bout de la ligne des stand qui se prend à fond de 6ème. Je rend donc un peu la main pour pas que l’on s’accroche.

C’est ce qui fera que je ferai le reste de la course à tenter de rattraper David et Patrice mais que je n’y parviendrai pas. Pendant un temps, j’en suis même à penser à couper un peu les gaz pour que Vincent me reprenne et que l’on joue ensemble. Malgré tout je me doute bien qu’il n’est pas loin derrière car Béa m’indique que l’écart avec lui diminue puis augmente, rediminue… Nous rattrapons un attardé. Situation toujours un peu délicate, car il ne faut surtout pas se laisser coincer et ainsi perdre sa place. Pour ma part je passe Max (#54) sans encombre. Il est toujours fair-play en se serrant pour nous gêner le moins possible. C’est peu être l’occasion pour mettre un peu d’air avec mes poursuivants.

Un concurrent de tête chute lourdement et un drapeau rouge est donc appliqué, ce qui nous fait terminer la course quelques tours plus tôt que prévu.

Vincent me dira qu’il était en embuscade et préparai son dépassement, mais le drapeau rouge l’aura empêché de mener à bout cette action.

Nous sommes tous deux contents car nous avons bien bataillé et aussi amélioré nos chronos ce qui est la cerise sur le gâteau.

Je fini 21ème avec un chrono de 1’33’’546.

 

Je rentre pour reconditionner la machine et moi pour la course de l’après-midi.

 

Nous voici partis pour la deuxième et dernière phase de la journée : la seconde course.

Toujours les même formalités de départ et histoire de mettre un peu de piment à mon tour de reconnaissance, sur un virage je me porte trop sur l’intérieur (je ne sais pas pourquoi à ce point) et manque de tomber en passant jusque dans l’herbe. C’est peut être une nouvelle manière d’exorciser le risque de chute en course…

Mise en place et VERT !

Comme ce matin je ne me débrouille pas trop mal sur mon départ et doit un petit peu slalomer pour éviter deux concurrents qui ont loupé le leur. Ce qui fait qu’en plus de ne pas avoir perdu de place j’en gagne !!! Fait nouveau pour moi. C’est un coup à me perturber, mais surtout à ce que j’y prenne goût.

Je me retrouve dès le départ avec les copains du matin, je suis surpris et du coup freine un peu par le dépassement que me fait Arnaud (#36) à un endroit, un moment et une vitesse que je ne m’attendais vraiment pas. Bon ceci passé, je reprend de suite le fil de la course et recolle à mes collègues. Je ne vais pas les laisser partir comme çà. D’ailleurs un petit trou se fait déjà devant et je ne dois pas leur laisser le creuser. Je me positionne donc pour ressortir au mieux du « laguna seca » et double Maxime (#32) à l’accélération.

J’ai maintenant Patrice et Vincent en ligne de mire. Je suis d’ailleurs tellement focalisé sur eux que je ne pense même pas à regarder Béa qui me panneaute ma position et mon écart…

Par la suite j’y parviendrai tout de même quelques tours.

Je suis content en moins d’un tour me revoici dans leurs roues. C’est bon signe.  Voilà je suis tellement content d’être revenu si vite que je m’emmêle dans mes rapports et reste en 5ème dans la descente. Je me retrouve au rupteur, çà bouge, je reperd un peu de distance. Deux freinages et je reprend le terrain. Chouette. Au passage belle passe d’arme entre Patrice et Vincent. Je fais le yoyo derrière et David profite d’une ouverture que je laisse pour me passer. Pas possible que je le laisse refaire comme ce matin. Je ressors plus vite du virage et je le repasse dans la foulée. Cà me redonne un coup de fouet et du même coup je reviens direct dans les roues de Vincent. Un peu plus loin au niveau de l’épingle je suis surpris par Bruno (#94) qui se présente à l’intérieur et me fait un petit coucou au passage. Le bougre. Ressortant mieux que lui je le reprend de suite au freinage de la chicane du « laguna seca » et bien entendu, lui rend son signe. Cà fait parti de l’ambiance camaraderie en 500Cup.

Cà ne manque pas, le tour suivant, au même endroit Bruno me repasse et ne me relaisse pas de porte ouverte cette fois-ci. Le tour suivant, il fait la même à Vincent et j’en profite pour me positionner et doubler Vincent au même endroit que le matin. J’imagine qu’il doit pester sous son casque de se faire repasser au même point que le matin… Maintenant il me reste toujours Patrice et Bruno à porté de roue. Dans la descente, je suis limite à pousser Bruno, je relâche donc un tout petit filet de gaz pour ne pas le percuter. Lui passe Patrice et me voici donc en tête à tête avec son pot d’échappement. Nous revenons sur un attardé, on le passe chacun d’un côté. Il doit se demander ce qui se passe. Un deuxième attardé, Max, que l’on passe aussi sans encombre.

Dans la grande descente, je me présente à Patrice mais il retarde son freinage par rapport aux autres tours et je ne peux donc pas passer. Pas grave je tenterai plus loin. Dans la ligne droite des stands, je suis bien placé pour lui faire l’aspiration et je le passe juste avant la chicane rapide. Un peu plus loin, je lui fais un petit signe d’excuse au cas où je l’aurai gêné. Je reviens sur un autre concurrent, Julien (#88) qui en fait sort suite à une chute. Béa me panneaute  en 16ème position, je flaire une possible odeur de points au championnat. Devant Bruno prend le large et derrière moi j’ai toujours la meute du matin. J’essai donc de faire le moins d’erreur possible pour ne pas leur laisser une chance de passer. Bien évidement c’est là que j’en fais quelques unes. Pour la peine Vincent me passe à l’aspiration dans la ligne droite des stands alors qu’il ne reste que 2 tours. Alors que je suis dans sa roue dans la descente, je perd du temps en restant encore une fois en 5ème et donc au rupteur. C’est vraiment pas stable quand le moteur rupte. Je n’ai plus qu’à re-cravacher pour le recoller et espérer le passer avant la ligne d’arrivée. Nous revenons sur un autre attardé et je me dis qu’au jeu du passage de retardataire j’ai peu être une chance supplémentaire de passer Vincent. Je suis collé dans sa roue au moment où il passe pour ne pas me faire enfermé et perdre le contact. Je sors de l’épingle assez bien et il me reste peu de virages pour le passé. Je choisi la stratégie de refaire comme le matin et en début de course. Je le passerai aux freins avant le « laguna seca ». Je suis bien trop limite pour passer correctement et sans risquer de nous faire tomber tous les deux. Ce qui fait que je perds beaucoup trop de temps pour espérer réussir à le passer avant le damier. Dommage mauvais choix. Je tente malgré tout d’accélérer au mieux. Des fois que… Je passe donc la ligne en 17ème position avec un chrono de 1’33’’196, à proximité des points, mais heureux de ces bagarres avec les autres sur un circuit vraiment très agréable.

 

Merci à mon staff pour leur aide et mes partenaires pour leur soutien. Prochain rendez-vous à Alès (30) fin août. De nouveau de grosses chaleurs en perspectives.

 

 

 

 

 

 

à DD

img3900.jpg img3898.jpg img3690.jpg img3688.jpg img3686.jpg img3600.jpg img3546.jpg img3539.jpg img3536.jpg img3505.jpgimg3500.jpg img3499.jpg img3447.jpg img3440.jpg img3439.jpgimg3438.jpg img3433.jpg img3387.jpg img3383.jpg img3328.jpgimg3326.jpg img3323.jpg img3321.jpg img3282.jpg img3281.jpg img3261.jpg img3235.jpg img3232.jpg dsc9741.jpg dsc9717.jpg dsc9707.jpg dsc9705.jpg dsc9703.jpg dsc9702.jpg dsc9701.jpg

 

Laisser un commentaire

popoldit51lepastice |
MOTOGONES |
MCP-FAUVES-1975 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BORN TO BE BIKER HARLEY-DAV...
| CB500T
| VITAL CONCEPT Racing