Jocelyn CHOLLET – ULTEAM RACING – Promosport

6 juillet, 2008

Promosport 500 – saison 2008 – circuit du Mans

Classé sous s 2008 -6- Le Mans — ulteamracing @ 1:25

affichelemansjpg.jpg france.jpg http://www.lemans.org

 

Circuit du Mans : épreuve du 26 et 27 juillet

0016.jpgjossmoi.jpg

 

 

Vidéo et compte rendu de la course

http://www.dailymotion.com/video/x6b3ce

Mercredi 23 juillet ; je m’éclipse un peu plus tôt du travail afin de pouvoir charger le camion et partir au plus vite. D’autant plus vite que le circuit ferme son accès à 20h.

On y arrive et l’on s’installe tranquillement avec le soleil couchant.

Il fait beau !! Allons nous passer notre première course au sec ?

1.jpg

Jeudi : 2 scéances d’essais libres prévus. Il fait beau et chaud

Première série, c’est la redécouverte du site. J’ai l’impression d’être complètement à l’arrêt à chaque virage ; tout le monde me double. Aurais-je oublié de passer mes vitesses ?

A la fin de cette séance de 20 minutes, Fred fait tomber le verdict : je me traîne. Certes je suis un peu mieux que l’an dernier (3 secondes), mais loin de ce que j’espérais.

A la deuxième série, je confirme mes temps du matin.

Je ne suis pas content de moi et tourne en rond afin de comprendre le pourquoi du comment. Je n’aime pas être dans cette situation. Serais-je dans une phase palière ?

Pendant que je me triture les neurones chacun passe le reste de l’après-midi à ses occupations (notre mécano en profite pour faire son bronzage de playboy).

Vendredi, pareil à la veille, 2 tours de prévus. Le ciel s’est chargé, mais pour le moment c’est sec et chaud.

Les sensations ne sont toujours pas là. Ca m’énerve ! J’améliore d’une seconde les temps de la veille (je gratte les 2’09’’ alors que les meilleurs sont en 1’59’’). J’entends tout le monde qui améliore ; cool pour eux ! Mais ça ne résout pas mon problème…

Tout notre équipe vient me poser des questions ; essaie de comprendre avec moi ; me donne des conseils. C’est super ! Mais je ne trouve toujours pas. Je tente le changement de ma démultiplication et rajoute 2 dents à ma couronne.

Petite sieste avant la série de l’après-midi et la pluie est là. La tradition ne sera donc pas perdue cette fois-ci.

Je ne sens pas du tout cette séance sous la pluie et encore moins avec mes pneus qui sont en fin de vie. Je décide de ne pas y participer mais de prendre mes leçons du bord de la piste en regardant les potes rouler.

J’ai eu raison au final de ne pas faire ce roulage. Nous sommes 44 engagés pour cette course, et pendant cette série 20 personnes iront au sol…. J’évite du travail à mon mécano.

3.jpg

Samedi :

Nous passins dans la phase sérieuse des qualifications.

Je ne me sens pas prêt au vu de mes résultats des jours précédents mais je ferai au mieux et essayer de prendre du plaisir.  

La piste est encore mouillée, mais la trajectoire quasi sèche. J’aime bien ; ça permet de bien voir la trajectoire. Suite à la mésaventure de la veille, beaucoup roule moins vite et d’autres n’aimant pas le « mono trajectoire » font de moins bons chronos qu’à leur habitude. Personnellement, cela me permet enfin de comprendre pas mal de choses et de voir comment rouler mieux. Mon chrono commence à tomber et se prend une nouvelle claque de 3’’. Je suis content mais avec 2 jours de retard. Mieux vaut tard que jamais ! Je suis très content par contre de mon choix de démultiplication. Par rapport à mon niveau, c’est ce qu’il me faut.

Cela me fera partir 35ème sur la grille de départ.

Ce sera le seul moment de la journée où l’on roule, je pourrai donc méditer à mes « découvertes ».

Pour tous c’est relaxation, bain de soleil, peaufinage…et préparation aux 2 courses du lendemain.

4.jpg

Dimanche : Le grand jour

Nous voici à la 1ère course qui se déroule en milieu de matinée ; la température est agréable, la pression moins. Nous connaissons maintenant tous le circuit et nous savons que le 1er virage sera difficile ; au Mans, peut être plus que sur les autres car nous arrivons quasiment à fond pour passer une chicane. Evidement, tout le monde veut être en tête… donc ça se bouscule.

Je fais un départ plutôt correct, mais arrivé à cette chicane, je reprends ma timidité légendaire en plus de me faire un peu enfermé. Tant pis pour moi, de nouveau j’aurai plus de travail.

C’est l’hécatombe ; impossible de doubler les plus lents qui sont devant moi car à chaque virage il y a une chute et un drapeau jaune (ce drapeau impose de ralentir et de ne pas se doubler pour la sécurité de tous). Cela se finalise par un drapeau rouge et la relance de la procédure de départ. Donc de nouveau la crainte du 1er virage.

C’est reparti… Et de nouveau je me fais avoir. Pour la suite, je vais donc mettre en application au mieux mes connaissances et conseils.

Rapidement, je me retrouve en bataille avec 2 concurrents. Celui de tête est le plus lent de nous trois, mais avec de bonnes trajectoires. Je suis en troisième position et profite pour me présenter à l’extérieur dans la courbe du « musée ». En montrant ma roue je commence à mettre de la pression à mon adversaire afin qu’il commette une erreur. Il fait de même avec celui de devant. Ca fonctionne pour lui et j’en profite un bon tour plus tard pour faire l’identique et me repositionner derrière celui-ci pour ne pas qu’il s’échappe.

J’ai mis à profit ces moments en retrait pour étudier les points forts et les faibles de ces concurrents et ainsi mieux choisir le moment pour passer le plus proprement possible, comme j’aime.

Un tour plus tard je passe ce 2ème concurrent à l’aspiration dans la ligne droite. Maintenant il ne faut pas laisser de possibilité de se faire repasser et continuer l’effort pour récupérer ceux de devant.

C’est le drapeau à damier, je finis 28ème avec un chrono qui est tombé à 2’04’’9 sans me donner l’impression de forcer. Mes découvertes étaient donc bonnes. Reste à le confirmer à la course de l’après-midi.

5.jpg

2ème course. Il fait très chaud et lourd. Cela promet d’être dur ; pour les pilotes, pour les machines et pour les pneumatiques.

Cette course ressemblera beaucoup à la première ; je n’arrive pas à prendre leçon du 1er virage.

Je me retrouve à batailler avec les mêmes personnes.

Les tours s’enchaînent mais à la différence de ce matin chacun connaît son adversaire et points faibles. Je passe un concurrent qui s’est loupé dans son passage de rapport. J’en profite pleinement et celui-ci tente une intox au freinage en se présentant à côté de moi. Je sais qu’il freine plus tôt que moi et donc ne m’en soucis même pas, mais un faux point mort de ma boite de vitesse me fait rendre la politesse donnée juste avant. Pour éviter de tomber, je prends l’échappatoire mais je perds encore 2 places et me retrouve bien à 300m derrière mes 3 adversaires.

jossmoi3.jpg

Il reste seulement 3 tours pour revenir. Cela me déchaîne et en un tour je me retrouve à nouveau dans leurs roues. J’en passe 2 et reprends ma place d’avant le loupé. Il me reste un tour pour être dans la roue et doubler le 3ème. Je lâche mes freins tôt, ré accélère tôt et recolle à lui dans les derniers virages. L’idée de l’attaque « suicide » pour le dernier virage m’effleure l’esprit, mais je suis encore trop loin pour que cela puisse se faire. Je préfère assurer, être propre et surtout ne pas laisser la moindre chance à ceux de derrière de passer ; car je ne sais pas à quelle distance ils sont. Je passe la ligne en 36ème position avec un temps amélioré de presque 1 seconde.

Encore plein de choses apprises pendant ce WE qui fut un grand moment de plaisir.

jossmoi1.jpg

6.jpg

jossmoi2.jpg

 circuitmans.jpg

 

 

 


popoldit51lepastice |
MOTOGONES |
MCP-FAUVES-1975 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BORN TO BE BIKER HARLEY-DAV...
| CB500T
| VITAL CONCEPT Racing